Une belle année 2023 pour la santé bucco-dentaire ?

Une belle année 2023 pour la santé bucco-dentaire ?

Pour terminer cette année 2022, nous avons décidé de relire tous les commentaires, que les lecteurs ont pu laisser pour réagir à tel ou tel article. L’avenir de la profession concentre toutes les attentions, et des chirurgiens-dentistes aux assistantes dentaires, tous les acteurs de la santé bucco-dentaire se sentent concernés.

 

Parmi les alternatives étudiées pour répondre à la pénurie de chirurgiens-dentistes, de nombreux professionnels plébiscitent celle consistant à soutenir et même renforcer les efforts pour octroyer plus de responsabilités et plus de compétences aux … assistantes dentaires. Qu’on les nomme assistante dentaire 2 ou hygiéniste dentaire, ces professionnels de la santé bucco-dentaire souhaitent être mieux reconnus tant pour la qualité des soins dispensés aux patients que pour le confort des chirurgiens-dentistes dans leur exercice professionnel.  Hardoin résumait parfaitement une idée largement partagée par les lecteurs et lectrices : « L’assistante dentaire est indispensable, il paraît impensable pour de nombreux dentiste de travailler sans. Gains de temps, acte plus facile à réaliser, tâche de stérilisation de gestion et bien d’autres leurs sont délégués entièrement, l’envie de les voir évoluer sur un poste d’hygiéniste permettrait tellement de confort pour le patient et pour le praticien … ». Pour certains, l’avenir de la profession passe par une telle reconnaissance, comme l’exprimait Elodie A  : « Au regard de toutes les taches qu’accomplit une véritable assistante dentaire au sein d’un cabinet, il serait grand temps de songer à les valoriser en reconnaissant simplement leur gigantesque importance pour le praticien! »

Vous êtes nombreuses et nombreux à souligner, qu’une amélioration de l’organisation des soins en France pourrait contribuer à améliorer la situation tendue. Certains professionnels de la santé bucco-dentaire se sont ainsi montrés favorables à l’idée de responsabiliser davantage les patients, notamment en exigeant une contribution pour les rendez-vous non honorés. CQ réagissait ainsi au dossier consacré à ce sujet : « Oui je pense que responsabiliser les patients en leur faisant payer le rdv même s’ils ne se sont  pas présentés au rdv, peut changer les choses. » Cela ne doit pas occulter cependant les difficultés techniques et légales pour concrétiser cette piste d’amélioration de la santé bucco-dentaire en France.  De la même manière, les avis des chirurgiens-dentistes sont mitigés lorsque l’on évoque la place prépondérante qu’occupent aujourd’hui les plateformes de prise de rendez-vous médicaux en ligne. Pour certains, cela constitue une évolution bénéfique aux professionnels, qui peuvent se concentrer sur leur métier en se libérant de nombreuses obligations administratives. Pour d’autres, ces plateformes représentent une menace à moyen et à long terme quant à l’indépendance des professionnels de santé, comme le pense Berdugo en rédigeant son commentaire : « Nous sommes pieds et poings liés avec Doctolib comme avec les pages jaunes ou l’annuaire il y a 20 ans !!!! Attention DANGER »

Quel que soit le sujet évoqué, c’est bien l’avenir de la profession, qui concentre le plus de débats passionnés et animés. Tous les chirurgiens-dentistes s’interrogent sur la nécessaire transformation de l’organisation du système de soins en France. Si certains affichent un optimisme et un confiance notamment en attendant les conclusions du CNR Santé (attendues dans les premières semaines de 2023), d’autres se montrent plus pessimistes et même désespérés. C’est le cas de M Girardin Pascal, qui réagissait au dossier consacré à la rémunération des dentistes libéraux  en ces termes : « J’ai 41 ans d’exercice libéral derrière moi et je n’ai cessé de voir d’année en année nos conditions d’exercice se détériorer. J’en veux énormément aux universitaires qui n’ont jamais eu le courage de dire publiquement que ce qu’ils enseignent, à savoir une technique d’excellence, ne peut en aucun cas s’appliquer en pratique libérale, à moins d’accepter une rémunération minable au regard des efforts, du temps passé et du matériel mis en œuvre »

Dans tous les cas, 2023 doit marquer une évolution significative de l’organisation de la Santé en France et notamment de la santé bucco-dentaire. Nul doute, que les orientations nées des débats du CNR Santé feront elles-aussi couler beaucoup d’encre, en amenant les chirurgiens-dentistes à exprimer leur avis. En attendant, nous vous souhaitons

Une belle et heureuse année 2023

 

Et vous qu’espérez-vous pour la profession de chirurgien-dentiste en cette année 2023 ? Quelles seront selon vous les orientations prises à l’issue du CNR Santé ?

Partager un commentaire

Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.