Les chirurgiens-dentistes hors union-européenne font grincer des dents !

Les chirurgiens-dentistes hors union-européenne font grincer des dents !

Pour répondre au manque de soignants en général et à celui de chirurgiens-dentistes en particulier, le gouvernement entend faciliter l’exercice des professionnels non ressortissants de l’Union Européenne. Un projet de loi sera prochainement examiné en ce sens, provoquant la colère et l’indignation de la grande majorité des professionnels de santé.

Faire venir des chirurgiens-dentistes étrangers, la réponse à la désertification médicale ?

Le gouvernement cherche, depuis des années et plus encore depuis le début de la crise sanitaire, à trouver des solutions pour pallier la désertification médicale. Ces déserts médicaux et bucco-dentaires constituent un des enjeux majeurs pour transformer notre système de santé. Les mesures déjà actées pour augmenter le nombre d’étudiants formés en université d’odontologie notamment ne porteront leurs effets que dans quelques années. En attendant, alors que certains acteurs dénoncent que ces efforts en matière de formation resteront inefficaces, le ministère de la santé doit trouver des pistes innovantes pour trouver les médecins généralistes, les sages-femmes ou encore les chirurgiens-dentistes, dont les Françaises et les Français ont besoin aujourd’hui.

Le gouvernement étudie la possibilité de compenser ce manque de professionnels de santé par des étudiants formés à l’étranger. Et comme le dispositif existe déjà pour les chirurgiens-dentistes ayant obtenu leur titre professionnel au sein de l’Union européenne, le gouvernement souhaitait étendre cette possibilité aux ressortissants hors Union européenne. C’est cette possibilité, qui sera débattue au parlement au printemps prochain à l’occasion de l’examen du projet de loi sur l’immigration. Ce projet ambitionne de créer un titre de « métiers en tension » pour permettre aux immigrés sans papier de pouvoir travailler en France, principalement quand ces emplois ne peuvent être occupés par des Français. Il en va de même avec les professionnels de santé, puisqu’un titre « Talents Professions Médicales » devra également être créé. Les professionnels de santé en général, et les chirurgiens-dentistes en particulier, ont vivement réagi face à une mesure, que tous jugent inadéquate et surtout dangereuse.

Les chirurgiens-dentistes mobilisés pour défendre un « système français »

Si le gouvernement entend mieux contrôler l’immigration tout en améliorant l’intégration des travailleurs étrangers, il a détaillé le dispositif pour les chirurgiens-dentistes et les autres soignants. Le projet de loi concerne tous les chirurgiens-dentistes non ressortissants de l’Union européenne, occupant un emploi depuis une durée minimale d’un an et pouvant attester d’une autorisation d’exercer. Le respect de ces conditions entrainera la délivrance d’une carte de séjour pour une durée maximale de 4 ans. L’idée pour le gouvernement consiste bien à apporter une réponse immédiate aux problématiques de santé, vécues par les Françaises et les Français.

Les professionnels de santé en général se sont mobilisés pour dénoncer ce projet de loi, et espèrent faire reculer le gouvernement. De son côté, le Syndicat des femmes chirurgiens-dentistes (SFCD) s’alarme « d’une dérive de la commercialisation des soins ». Il condamne une mesure, décidée sans concertation : « Ce dispositif ne peut garantir une réponse positive à la modification des besoins de soins médicaux des Français ». Le syndicat s’interroge sur l’avenir même du diplôme et du titre de chirurgien-dentiste. Une autre organisation professionnelle, L’Union Dentaire, partage ces inquiétudes demandant à être reçu par le ministère de la santé dans les prochains jours. Ce sont toutes les professions concernées qui s’indignent et s’inquiètent d’une telle mesure, alors que le gouvernement souligne enfin vouloir clarifier et légaliser la situation des quelques 5.000 praticiens exerçant aujourd’hui en situation irrégulière et le plus souvent dans des situations précaires. Les chirurgiens-dentistes seront-ils entendus ?

Et vous, que pensez-vous de cet appel lancé aux chirurgiens-dentistes étrangers ? Estimez-vous que cette solution mette en danger la profession ?

Partager un commentaire

3 Commentaires

  1. Je suis pour des dentistes français avec une expérience professionnelle ayant un diplôme hors UE que des jeunes dentistes sans expérience et ne parlent pas correctement ou pas le français diplômés UE

  2. Bonjour c est dentistes sont des égoïstes et leur conseil de l ordre ne pense que faire de l argent beaucoup de dentistes et orthodontistes étrangers sont aussi compétents c est scandaleux j espère que le président Macron fera valider une loi pour les dentistes médecin orthodontiste pour valider les diplômes en France

Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.